• Madame Emmanuelle ANTHOINE, Députée de la Drôme, s’est abstenue sur le projet de loi d’orientation des mobilités examiné en première lecture à l’Assemblée nationale. En effet, si ce projet de loi présente des avancées intéressantes, il présente des lacunes importantes.

    Elle a activement participé à la discussion de ce texte (notamment en déposant 25 amendements et en en cosignant 1095 autres).

    Elle s’est particulièrement mobilisée pour proposer la possibilité de relever la limitation de vitesse à 90 km/h sur le réseau secondaire y compris pour les routes nationales.

    Mais le Gouvernement et la majorité persistent à s’opposer au rétablissement de la limitation à 90 km/h sur les routes nationales alors que cela sera possible à l’initiative des conseils départementaux et des maires pour les routes départementales et communales. Cette situation est absurde puisque les routes nationales seront les seules voies de circulation qui ne pourront pas être ramenée à 90 km/h.

    Par ailleurs, soucieuse d’encourager les mobilités actives, elle a soutenu le développement des trajets à bicyclette.

    Elle est plusieurs fois intervenue en séance à ce sujet : « Nous devons défendre l’évolution des politiques de mobilités afin qu’elles puissent répondre aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

    « Le soutien au développement des véhicules autonomes, domaine dans lequel brille la société voyages et autocars Bertolami faisant la fierté de notre territoire, a été au cœur de mes préoccupations » affirme-t-elle notamment.

    Il est important de prévoir dans la définition de la politique des transports un objectif ambitieux de désenclavement des territoires ruraux pour qu’ils ne restent pas en marge des réseaux de transports de sorte à ce qu’ils soient mieux connectés au reste du monde.

    Enfin, la sécurité des transports reste, à ses yeux, un axe à améliorer.

    Pour en savoir plus