• J’ai voté pour l’adoption de la proposition de loi sénatoriale visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs.

    « Ce vote répond au souci de veiller à la sécurité des manifestants, des riverains, et surtout des membres de nos forces de l’ordre. Avec 12 morts, 1 800 blessés du côté des manifestants et 1 200 blessés parmi les forces de l’ordre depuis le début de la crise des gilets jaunes, il était nécessaire que la République réagisse, tel est l’objet de ce texte.

    Par ailleurs, si le droit de manifester est une liberté fondamentale, reconnue par la Constitution, casser restera toujours un délit.

    Rien ne peut, en effet, justifier la violence qui accompagne chaque manifestation. Ces excès sont le fait de quelques milliers d’individus connus et ultra-violents. C’est pour cette raison qu’il faut donner aux forces de l’ordre les moyens de les contrôler.

    Alors que le texte adopté par le Sénat a été largement amputé par la commission des lois, le débat en séance a permis de rétablir l’essentiel grâce au vote des députés du groupe Les Républicains, qui ont permis à deux reprises d’obtenir une majorité alors que les élus de la République en Marche refusaient de soutenir le texte. »

    Emmanuelle ANTHOINE, par ses amendements, a contribué à ce retour à un texte contenant des avancées. C’est ainsi que des dispositions essentielles du texte ont été rétablies telles que l’établissement de périmètres de contrôle lors des manifestations, la création d’un délit de dissimilation du visage dans l’espace public ou l’interdiction administrative de manifester à l’encontre d’individus représentant une menace grave pour l’ordre public et ayant déjà porté atteinte aux biens et aux personnes sur le territoire de la République.