• Vote du PLFSS du 4 décembre 2018

    • Vous m’interpelez sur mon absence à l’Assemblée nationale, à l’instar de celle de la plupart de mes collègues d’ailleurs, le lundi 4 décembre 2017. Ce jour-là, comme tous les lundis, je travaillais dans ma circonscription.

    S’agissant de la hausse de la CSG pour les retraités, j’ai, dès le début de ma campagne législative, manifesté ma vive désapprobation face à cette mesure, défendue par Emmanuel Macron. Au cours des débats sur ce sujet à l’Assemblée nationale – débats qui se sont étalés sur de nombreuses semaines – avec mon groupe politique, nous nous sommes fortement opposés à cette mesure. Si vous reprenez l’examen de cette loi, vous remarquerez que nous avons déposé de nombreux amendements visant à s’opposer à cette hausse de la CSG (article 7). Dans le cadre de l’examen du prochain budget, nous demanderons, d’ailleurs, de nouveau, au gouvernement de revenir sur cette hausse, convaincus qu’il a fait fausse route en pénalisant une fois de plus les retraités, les classes moyennes et les familles.

    • Comme vous n’êtes pas sans le savoir, l’Assemblée est censée siéger du lundi soir (21h30) au jeudi, afin de laisser aux élus la possibilité de se rendre dans leurs circonscriptions respectives.

    Les textes s’enchainent et de ce fait les séances aussi ! Par ailleurs, les élus font partie de groupes d’études qui permettent d’approfondir les sujets débattus en commission et séance. Cela entraine forcément d’autres réunions tout aussi importantes. Il est donc impossible de pouvoir participer à tout, même si le sujet est d’importance …. Actuellement, nous travaillons à une réforme du fonctionnement de l’Assemblée en vue de mieux légiférer : des séances publiques qui ne fassent pas doublon avec le travail des commissions, des commissions qui ne se réunissent pas en même temps que les séances publiques…

    • Très attachée à ma circonscription, je ne souhaite pas devenir une élue « déconnectée » de la réalité de ce terrain …. Oui, si je le souhaitais, je pourrais vivre 24h/24h à l’Assemblée nationale …mais ce serait faire du législatif en ne prenant en compte que la vie urbaine (particulièrement parisienne), être en dehors de la vie quotidienne et de la réalité des miens. Ce n’est pas le choix que j’ai fait : j’essaie d’allier la présence en circonscription et celle à l’Assemblée nationale. C’est pourquoi, et vous le comprendrez bien, je ne peux être présente à toutes les séances.