• « Merci Monsieur le Président, Madame la Ministre, Mes chers collègues, Les territoires ruraux souffrent ! Ils souffrent du recul des services publics, de leur éloignement toujours plus important à la suite de fermetures de sites. Dans ces territoires, des écoles ferment, des tribunaux de proximité disparaissent, les interfaces républicaines s’évanouissent. Cette distance qui se crée entre l’Etat et les territoires explique en grande partie la grogne qui a alimenté le mouvement des gilets jaunes. Mais il est un service public dont le recul est plus dramatique encore et que les protestations de ces derniers mois ont dénoncées plus particulièrement : c’est celui de l’offre de soin et des petites structures hospitalières. Sur le territoire de ma circonscription, il est à déplorer que les urgences de l’hôpital de Saint-Vallier aient été fermées tout le mois d’août et, depuis, restent fermées la nuit. Confrontés à une urgence médicale, les habitants du Nord de la Drôme doivent alors parcourir de longues distances avant de pouvoir parvenir à un service médical d’urgence. C’est autant de temps de perdu alors que l’on sait que chaque minute est précieuse dans certaines situations, en cas de pathologie cardiaque notamment. La carence de structures hospitalières se révèlent alors mortifère. Il est donc crucial de maintenir un maillage dense de structures hospitalières de proximité. C’est pourquoi Madame la Ministre, je vous demande avec insistance, de maintenir sur l’ensemble du territoire, des unités hospitalières capables de répondre aux besoins essentiels de soins des Français. «